La Photographie Malienne

La photographie fut introduite au Mali actuel dans les années 1880 par les officiers militaires français et plus tard par les administrateurs, les missionnaires et les expatriés français. Dans les années 1940, un marché africain de la photographie apparut au Soudan Français connu sous le nom de l’actuel Mali. Seuls les clients et des photographes maintinrent l'autorité sur ce genre jusqu'aux années 1980, la photographie devint rapidement un moyen puissant d'expression libre visuelle, d’expérimentation et de pouvoir social sur un territoire peuplé d'une population diverse ayant des pratiques culturelles uniques, des valeurs esthétiques, et des tendances transnationales.

Map of Mali

Cliquez sur la carte pour agrandir

En même temps que des professionnels nomades visitèrent des régions rurales par voies ferroviaires des ateliers urbains furent créés par les jeunes africains pour assurer la croissance de cette industrie dans le capitale, Bamako et dans les plus petites villes comme Ségou et Mopti qui se situèrent au bord du fleuve Niger. Ces opérations se déroulèrent dans les cours domestiques où les photographes anciens utilisèrent des matériaux seconds main comme des appareils photo de grand format en bois, des épreuves sur plaques, de la lumière naturelle, en produisant des tirages sépia de petite taille. Les professionnels de la cité ouvrirent des établissements commerciaux électriques depuis la fin des années 1950 pour utiliser les caméras du film plus petits et portables et des agrandisseurs pour produire des images en noir et blanc.

En travaillant sur plusieurs styles photographiques, les photographes qui possédèrent les ateliers créèrent des photos de genre documentaire pour le gouvernement, pour le commerce local et pour le client privé. Ils ont aussi produit les photos d'identité pour servir les documents officiels et les images dans le but de conserver l'héritage culturel et le talent artistique local. Cependant, le portrait restait la source financière majeure des photographes qui travaillèrent à l’intérieur et en dehors de l'atelier au service des célébrités, des politiciens et des citoyens. Par conséquent, leurs archives contiennent de documentation visuelle rare de la vie sociale, culturelle et politique ainsi que des processus de développement urbain du pays, le Mali en particulier et de l’Afrique Occidentale Française en général.