Les meilleures pratiques

La Conservation, la Préservation, et les Procédures d'Accès à l’Archive de la Photographie Malienne

Introduction

Au cours de la dernière décennie, un nombre darchive photographique important ont disparu au Mali en raison des dommages dus aux inondations, aux abrasions, aux vols et à la chaleur. Une telle perte des sources primaires irremplaçables est tragique pour la recherche et l’éducation à travers le monde et aussi pour le patrimoine culturel du Mali. Pour mettre fin à cela, l’APM entend développer une série de procédures pour promouvoir la conservation et la préservation du reste des collections photographiques et des négatifs.

Pour sauvegarder les matériaux de l'APM, les négatifs physiques ne quittent jamais le Mali. L’équipe de conservation de l'APM basée à Bamako y compris un représentant de la famille pour chaque collection d’archive (typiquement un fils ou un apprenti qui connait les matériaux et ses contenus intimement) aide à sélectionner les négatifs à les traiter et puis à les nettoyer, à reconditionner, à scanner et à cataloguer les matériaux au Mali. Chaque représentant est accompagné d’un étudiant en photographie ou un jeune photographe résidant à Bamako pour développer leur capacité dans ce travail. En même temps chaque archive bénéficie ainsi de l’attention de deux employés pour le traitement des collections. L'étape qui suit la numérisation sur le Site à Bamako se déroule à « East Lansing » par des étudiants à l'Université d'État du Michigan « Michigan State University (MSU) » sous la supervision et le suivi du Dr. Candace Keller, la directrice du projet.

L’étape suivante est la description des procédures de l'APM au niveau de la sélection, du nettoyage, du conditionnement, durangement, de la traduction et de l'accès aux archives. Suivi de l’étape sur les procédures de numérisation des négatifs scannés. Ces directives sont fondées sur les meilleures procédures qui ont été développées en collaboration avec des spécialistes dans le domaine de la photographie, de la conservation des négatifs, de la numérisation des négatifs, et la numérisation des archives et des bibliothèques.

La Selection

La première phase du projet (entre 2011 à 2013) a été financée généreusement par le Programme des Archives en Danger de la «British Library (BL) » qui donnait priorité au traitement des plus vieilles archives photographiques --celles qui ont les négatifs les plus fragiles en état de détérioration physique avancée -- commençant par les négatifs les plus anciens et en continuant par ordre et sans sélection. Parmi la première génération de photographes professionnels africains au Mali, les archives de Seydou Keita (c. 1921-2001) gardées par SKPEAC et CAAC - La Collection Pigozzi en Europe, celles de Mountaga Dembélé (1919-2001), de Baru Koné (1920-2008), de Youssouf Traoré (c. 1919-1989), et de Samba Bâ (c. 1919-2001) sont supposées en grande partie ou totalement disparues . Par conséquent, nous nous sommes concentrés sur les archives de Mamadou Cissé (1930-2003) et d'Abdourahmane Sakaly (1926-1988) lors de la phase du projet financé par la « British Library (BL) ». A partir des années 1940 et 1950, respectivement, leurs archives représentent les débuts de la photographie au Mali (les premiers studios gérés par les africains au pays datent la fin des années 1930-1950), commandés par des citoyens privés ainsi que des gouvernements coloniaux et nationaux. Dans les archives de Cissé, environ 5 000 négatifs datent des années 1940, à peu près 17 000 des années 1950 et quelque 35 000 ont été créés dans les années 1960. En ce qui concerne celles de Sakaly, environ 9 250 dans les années 1950, et 75 000 datent des années 1960.

Pendant la deuxième phase du projet (2014-2017), financée par le programme de preservation et d’accès de la « National Endowment for the Humanities (NEH) » l’APM s’est basée sur les critères de sélection. Au lieu de se concentrer uniquement sur les négatifs les plus anciens, l'APM a pris la décision de prendre un échantillon selon la carrière de chaque photographe. Cette phase du projet a mis au point les archives de quatre photographes parmi les plus importants (Abdourahmane Sakaly, Malick Sidibé, Tijani Sitou, and Adama Kouyaté) pour les raisons suivantes:

Ils sont parmi les plus connus des photographes locaux et internationaux au Mali.

Ensemble leurs collections constituent un aperçu historique des studios professionnels dans les pratiques gouvernementales de la photographie au Mali depuis la première période des années 1950 jusqu’aux années 1990, couvrant trois générations.

Leurs archives documentent trois sites majeurs (Bamako, Ségou, Mopti) où la photographie a prospéré depuis les années 1950;

Leurs œuvres montrent les changements et les réalités vécues dans les pratiques culturelles, la production artistique, des tendances sociales et les réalités politiques du Mali en particulier et de l’Afrique Occidentale Francophone en général. Elles sont à la fois emblématiques de leurs époques et spécifiques dans les innovations artistiques et le styles photographiques de leurs créateurs;

Leurs collections contiennent des négatifs de format-moyen (6x6cm) et 35mm, des tirages originaux qui sont parmi les plus considérables et viables pour être numérisés et présente un grand la besoin de conservation.

Parmi ces collections, l'APM sélectionne (objectif : 20 000 négatifs par photographe) tenant en compte les critères suivante:

Valeur artistique (images formellement intéressantes, uniques, innovantes et emblématiques);

Périodes et évènements socio - politico - historiques les plus importants.

Arrière (par exemple, un échantillon de 1 000 négatifs par an pour une carrière de 20 ans)

Meilleur du genre (les meilleures parmi les images en double sont sélectionnées aulieu des redondances);

L’état du négatif (donner la priorité aux négatifs en voie de détérioration en évitant la destruction des négatifs, sauf dans le cas où ils ont une haute valeur historique et artistique);

Inclure le format-moyen, des négatifs en noir et blanc, de 35mm en couleur c.1980, et des tirages originaux (si disponibles).

Les Directives de Sélection de l'APM: (Anglais) (Français).

La Conservation: le Nettoyage et le reconditionnement des Négatifs

Les difficiles conditions climatiques au Mali compromettent l'intégrité physique des négatifs. La chaleur, la poussière, le manque de contrôle de l’humidité en plus des inondations pendant la saison des pluies affectent l’état des négatifs. Conseillé par l'organisation « Works on Paper » et la conservatrice des photographes Heida Shoemaker, l'équipe de l'APM suit les meilleures procédures suivantes:

La première étape de cette procédure de conservation est l'enlèvement de la poussière et de la saleté sur la surface de chaque négatif. Les curateurs nettoient doucement chaque négatif avec une brosse sans fixe (regardez la vidéo instructive partie 1). Si nécessaire, le curateur utilisera une petite dose d'alcool sur un coton-tige pour enlever des taches d'eau ou les empreintes huileuses (regardez la deuxième partie de la vidéoinstructive partie 2). En des rares occasions , un curateur peut utiliser un solvant (au cours du projet nous avons utilisé Pec-12, Delta C-100, et Solvon Nettoyeur et Conditionneur de Filme, trouvant que le dernier soit le plus préférable) pour enlever des taches les plus résistantes après le traitement d'alcool (regardez la troisième partie de la vidéo instructive partie 3). Toutes les étapes dans la procédure de nettoyage sont détaillées dans les instructions du document La Procédure de Conservation de l'APM ((Anglais) (Français) et en trois vidéos instructives.

Après le nettoyage, les curateurs rangent les négatifs dans les enveloppes et dans les boîtes sécurisées pour les archives. Avant le reconditionnement, le curateur enregistre sur l'enveloppe les informations du négatif. Ceci inclut le nom de la boîte originale dans laquelle le négatif a été tiré, le nom du fichier du négatif scanné et une description de 3 à 5 mots sur au sujet du négatif. Les étapes de procédure et de reconditionnement sont détaillées dans les instructions du document de conservation et de Procédure de l'APM.

La numérisation

Comme la procédure de nettoyage et de reconditionnement, les procédures de numérisation de l'APM ont été développées en consultation avec un expert sur le terrain. Dans ce cas, nous avons travaillé avec Alex Nichols, une photographe et spécialiste en imagerie numérique à MSU.

Dans le but d’assurer l'équilibre entre l'efficacité, la qualité et le coût nous avons utilisé un scanneur de photo, Epson Perfection V700, avec un porte-négatif de « Better Scanning » qui se situe au-dessus du scanneur. Chaque porte-négatif contient 6 à 8 6x6cm à la fois. Des négatifs de format-moyen en noir et blanc sont numérisés de côté émulsion exposée à une échelle de gris 16-bit, 2400 ppl, 100% échelle et sauvegardée comme des TIFF fichiers. Toutes formes d'option de format et de compression sont fermées pour que le logiciel n'applique pas à l'image le repassage, la restauration de couleur ou la réduction de fil. Les fichiers de résultat TIFF sont environ 60 MP/file. Ces spécifications de numérisation conforment aux meilleures procédures soulignées par le « Federal Agencies Digitization Guidelines Initiative's (FADGI) 2010 Technical Guidelines for Digitizing Cultural Heritage Materials: Creation of Raster Image Master Files, » qui ont été en effet au moment du développement de procédure de l'été 2014. En 2016, « FADGI » a adopté une nouvelle version des directives. Les actuelles numérisations spécifique de l'APM atteignent la quasi-totalité des spécifications d'archive de. Notre « FADGI »résolution de numérisation de 2400 ppi est supérieur au niveau 2 étoile de 2000 ppi d'IDAFN mais inférieur de son spécification de 3 étoile de 3000 ppi, ce qui est recommandé pour la création d'un fichier au niveau de la préservation d'archive.

La procédure de numérisation est détaillée dans les instructions du document de la Procédure de Conservation de l'APM.

Le processus de mise en Catalogue

Les curateurs de l'APM cataloguent chaque négatif numérisé. Construisant et régularisant les domaines des métadonnées pendant la phase du projet, la de « Brititish Library (BL)», les catalogueurs créent les métadonnées descriptives, techniques de destination pour les négatifs physiques et des scans. La métadonnée descriptive est basée sur la collection de « Dublin Core Metadata Element » et dans d'autres domaines de projet axé sur le filtrage des documents sur le site. La métadonnée de provenance enregistre l'information de l'archive d'origine d'où se situent les négatifs et les scans individuels dans les archives numériques et physiques des photographes. Considérablement, le catalogue inclut certains domaines des métadonnées en français et anglais pour s'assurer que l'audience à travers le monde entier ait une accessibilité plus avantageuse. Ces domaines incluent le titre et la description sont traduits du français en l'anglais d'une partie de la procédure de traitement plus tard (consultez la Procédure de Traduction de la Métadonnée de l'APM pour plus de renseignement du processus). Plusieurs autres domaines comme la Date Originale ou la Date de Numérisation sont dans une langue indépendante.

Initialement, la métadonnée de l'APM est enregistrée en français dans les fichiers Excel qui correspondent aux boîtes, l’endroit où se trouvent initialement les négatifs. Les curateurs/les catalogueurs préparent la plupart de métadonnée pendant que les négatifs sont en cours de numérisation ce qui leur donnent l'opportunité de visualiser les images en leur décrivant de manière précise. Dans un effort de rationaliser et accélérer le processus de catalogue, L'APM a devisé les directives pour les descriptions des images. Les directives recommandent que des catalogueurs se concentrent sur des aspects culturels, sociaux, politiques et historiquement importants des images qui ne sont pas évidents au public étranger, par exemple l'activité électorale, les festivals culturels, les fêtes nationales, les fêtes, le coup d'état, ou d’autres évènements politiques. En plus des descriptions, on devrait noter l'usage des accessoires (téléphone, fleurs, pistoles en plastique, radio, moto, automobile, théière, cadre-peint) et autres accessoires (montre, stylo plume, lunettes, lunettes de soleil, cigarette, chapeau, casque colonial). Cependant, les descriptions ne doivent pas être prises en compte dans la composition des clichés, car l'APM utilise d’autres domaines pour la catégorisation de plusieurs ateliers et clichés de reportage.

Les directives de description des images sont détaillées dans le document de Procédure de Conservation de l'APM.

Traduction

Comme souligné dans la section catalogue, les métadonnées décrivant chaque image numérisée sont enregistrées dans un fichier Excel en français avec les termes culturels en Bambara. Cinq traducteurs locaux identifiés avec l'assistance de Dr. Moussa Sissoko de l'École Normale Supérieure de Bamako, vérifient et traduisent en anglais les catalogues. Surtout, ces membres de l'équipe de l'APM traduisent les titres, les descriptions les images et d'autres informations sur l'état physique des négatifs originaux (par exemple, la présence positive des taches ou empreintes digitales). La traduction en anglais est plutôt significative que littérale. L'APM exige que les importants termes de signification culturelle importante en français ou bambara restent entre parenthèse parmi les descriptions en anglais. Le maintien de ces termes dans la description en anglais assure que les utilisateurs puissent rechercher et trouver des images qui sont décrites avec tels termes culturels dans l'un de plusieurs langues quel que soit la traduction. Doués des compétences bilingues, multilingues, les traducteurs procèdent au contrôle de qualité sur les descriptions françaises en corrigeant les possibles erreurs grammaticales et typographiques.

La Traduction des Métadonnées en Anglais (Anglais)

L'image après l’étape de traitement

Pour des raisons d'accès, l'APM crée les dossiers jpeg de basse-résolution pour assurer la distribution sur le site du projet et à la Maison Africaine de la Photographie (MAP) à Bamako, Mali. MAP donne accès aux documents de l'APM au Mali sur place gratuitement pour que les membres de la communauté locale ait l’accès avec internet limité ou sans internet puissent consulter les images numérisées.

Les dossiers jpeg de basse-résolution sont modifiés et donc diffèrent des scans TIFF de haute-résolution de plusieurs importantes façons. Chaque modification sert une justification spécifique. D'abord, pour respecter les préférences esthétiques des photographes et leurs sujets l'APM ajuste les niveaux de contraste de chaque image jpeg (scans vierges ne reflètent pas la qualité esthétique des tirages originaux) surtout pour les cas des portraits pour que la peau apparaisse transparente et lisse sans beaucoup de contraste. En certaines cas, les vêtements blancs semblent être "blown out" avec peu de détail en résultant la couleur de peau idéale est privilégiée dans la composition globale. Cette préférence/critère esthétique a été influencée par le travail de Professeur Keller sur la pratique de la photographie malienne durant les derniers quinze ans, en travaillant avec les photographes professionnels et avec les clients.

Deuxièmement, l'APM prend intentionnellement des échantillons compressifs des scans tiff de haute-qualité avec une résolution de 72ppi. Les négatifs de 6x6cm ne dépassent pas 800 pixels carrés alors que négatifs de 35mm sont retaillés à 900 pixels à travers la longue dimension. Les fichiers résultants sont approximativement 400KB chacun, qui s'affichent clairement en ligne mais n'impriment pas assez nettement visible pour des raisons de beaux-arts. Ces spécifications permettent aux étudiants, aux enseignants et aux intellectuels d’étudier les images pour des fins éducatives, et de recherche alors que la résolution basse n'expose pas les scans à l'exploitation des tirages et à la revente non-autorisée.

Troisièmement, pour affirmer la relation entre image et le photographe l'APM apporte un élément graphique (le nom du photographe en orange) à l’en-tête droit du titre de chaque image. Le graphique n'est plus large que 30 pixels à la hauteur (une police à 8points) ce qui veut dire que le graphique n’influencera pas l'intégrité du tirage (comme tel est le cas d’un filigrane). Cette modification a été faite comme compromis avec les partenaires du projet qui veulent à la fois maintenir l'attribution correcte de chaque image et assurer l'utilisation effective des images pour la recherche et l'éducation et dissuader l'exploitation autant que possible.

La Procédure de l'APM après la production de Photoshop: (Anglais)

Stockage des Négatifs, TIFF, JPEG, et Métadonnée

Après le traitement, les négatifs nettoyés -- conservés dans les enveloppes, dans les boîtes sans acide et sécurisés pour les archives -- sont remis aux photographes/aux dépositaires des archives. Ils reçoivent aussi un disque dur qui contient les scans originaux de haute-résolution des catalogues contenant des métadonnées (en anglais et français) pour leurs propres négatifs traités par l'APM.

Avec la permission des photographes/ des dépositaires archives, MSU/MATRIX gère une copie complète des scans (TIFF) originaux de haute-résolution en perpétuité pour la conservation des archives. Grace à un accord de Partenariat (Anglais) (Français), l'APM a obtenu l’autorisation des photographes/des dépositaires des archives de stoker et de délivrer les fichiers jpeg de basse-résolution en deux sites. Une copie des fichiers et des métadonnées à distribuer (en français et anglais) sera stockée dans un entrepôt numérique à MSU/MATRIX et disponible sur le site du projet. Les fichiers jpeg sont mis à la disposition du public sous Licence « Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA) ». Les métadonnées créées pour décrire les documents de l'APM sont autorisées par Licence « Creative Commons Attribution-Share-Alike 4.0 international (CC BY-SA) ». (Pour plus d'information sur les autorisations d’accès de l'APM, accédez à la page de Propriété Intellectuelle de l’APM).

Une deuxième copie complète des fichiers jpeg de basse-résolution et des métadonnées est déposée à la Maison de la Photographie Africaine (MAP) de Bamako, Mali. MAP fournit un accès gratuit sur place aux documents de l'APM du Mali afin que les membres de la communauté locale puissent avoir accès aux images numérisées avec ou sans accès internet.